De la Stratégie

Alexandre Serain Shvaloff



De la Stratégie-V Culture-I



Le but de ces courts chapitres est de répondre à des questions que me posent depuis des années, des politiques et cadres supérieurs dans le cadre d’un coaching abordant l'analyse stratégique et la création, la gestion, la finalisation des projets complexes. Maîtriser la Stratégie exige de la lecture et l’apprentissage de l’histoire et de la géopolitique en détail, comme les approches philosophiques, la dialectique économique, sociologique et psychologique mais ici, nous allons continuer à présenter seulement les notions de base. Les deux chapitres seront consacrés au rôle de la culture dans la stratégie.


La connaissance de l'autre est la connaissance de sa culture, son système de pensées, son système de valeurs. Rappelons-nous que la culture sociale vibre en deux dimensions :

1) Une dimension visible, comprenant les systèmes juridique, économique, politique, religieux et éducatif et
2) Une dimension sous-jacente, invisible, subjective, composé de valeurs, les us et les coutumes, les croyances.


La culture prédit, laisse prévoir le fonctionnement, le comportement, les actions et les réactions du camp adverse. La connaissance, surtout de la dimension subjective de l'adversaire, demeure primordiale en temps de conflit, de négociation ou d'ententes politiques. L'étude des comportements stratégiques des Russes, des Chinois, des Américains etc., dans l'histoire des conflits, témoignent des différences culturelles bâtissant les structures mentales et conceptuelles de chaque population et donc l'âme de leur armée. De même, la connaissance de la culture de l'autre demeure un facteur primordial dans les domaines économique et politique.


V.2. Concepts de base de relations culturelles

En temps de tensions active ou latente ou simplement dans les échanges politiques ou économiques, la connaissance de ces trois facteurs feront partie de la panoplie d'un parfait stratège:

1) Manière d'agir de l'autre;
2) Son rapport au temps et
3) Son rapport aux relations hiérarchiques.


V.2.1. Manière d'agir de l'autre
Il existe plein d'études en anthropologie ou en management témoignant des difficultés de faire fonctionner les différentes filiales dans le sein d’une même entreprise multinationale. Certes, la machinerie organisationnelle, les modes de management demeureront toujours importants. Cependant, la "culture locale" constitue souvent une source de malentendus, de communications qui passent mal ou de la lenteur d'avancement des projets communs. Par exemple, on sait que dans certaines cultures, on adoptera volontiers un mode explicite de communication où l’information passe directement à l'interlocuteur. Dans d'autres cultures, en revanche, une communication implicite sera privilégiée. Les messages se trouveront dilués dans des relations interpersonnelles. Dans ce deuxième cas, les modes de communications verbale ou non-verbale, le ton de la voix, le débit du discours, les regards, le gestuel, le facteur proxémique (périmètre de l'espace interpersonnel) auront également leur importance.

V.2.2. Rapport au temps
Dans la compréhension de la prévisibilité de son adversaire ou de son interlocuteur, le rapport au temps culturel est un facteur à étudier avant le contact. Certaines cultures sont décrites comme monochroniques: une chose est faite à la fois, les retards sont très peu tolérés, l’ordre du jour est respecté et les échéances définies sont sacrées. Surtout dans les pays nordiques, aux Pays-Bas, en Suisse, au nord d'Italie et en Allemagne, la ponctualité est considérée comme une qualité humaine. Au contraire dans les cultures polychroniques telles que les cultures des pays du sud, on pourrait observer une liberté surprenante concernant la ponctualité. Dans d'autre pays encore, le facteur temps pourrait se montrer une notion complètement vague et fluctuante. De ce fait, à l’issue d'un échange politique, d’une réunion, d'un contrat, il faut prendre en considération le facteur temps par rapport au respect des termes de décisions et à mise en œuvre et à l’exécution des tâches.

V.2.3. Rapport aux relations hiérarchiques
C'est peut-être le facteur qui risque de provoquer des situations des plus inattendus. Il n'est pas surprenant que la culture des valeurs sociétales s'exprime dans des entreprises nationales. Par exemple, dans des entreprises asiatiques, notamment japonaises, le respect de l'hiérarchie pourrait paraître très surprenant. Carlos Ghosn, disait qu'au départ, quand il demandait à ses collaborateurs japonais de se prononcer sur ce qu'il est nécessaire pour sauver Nissan, personne n'osait prendre la parole. L'histoire des accidents de l'aviation civile témoigne de l'importance des rapports hiérarchiques pour les équipages coréens ou turcs. Certains accidents auraient pu être évités, si les copilotes avaient osé parler ou avaient été écoutés par des pilotes principaux. Dans d'autre pays à l’opposé comme dans les pays nordiques, l’égalité sociale étant une chose "normale", tout individu pourrait avoir le droit de prononcer librement son avis bien que dans ces pays, le silence prime, à cause de la tradition, sur la parole. Les décisions sont très souvent prises avec l’accord du collectif. De même, la liberté qu'accordait l'armée prussienne à ces officiers sur les théâtres des opérations a permis de gagner de grandes victoires contre les grands pays de l'Europe tels sont la France, la Russie et l'Autriche.

Sun Tzu:

"Connaissez l’ennemi et connaissez-vous vous-même; en cent batailles, vous ne courrez jamais aucun danger. Quand vous ne connaissez pas l’ennemi mais que vous vous connaissez vous-même, vos chances de victoire ou de défaite seront égales. Si vous êtes à la fois ignorant de l’ennemi et de vous-même, vous êtes sûr de vous trouver en péril à chaque bataille".



V.3. Sun Tzu, Reflets de la Culture Chinoise

Nous savons peu de chose sur Sun Tzu. Nous ne sommes même pas sûr de son existence, de sa vie de général de l'armée, IV siècle avant J.-C. Les événements dont il parle ont en effet vu le jour au moins un siècle après la date de l'émission théorique de son livre (450-250 avant J.-C.). Il se peut que "l'Art de la guerre" n'est qu'un livre de sagesse, de philosophie stratégique, fondé sur la surprise et la tromperie ou un recueil de réflexions sur la stratégie attribué à un même personnage légendaire.

Sun Tzu dit:

"La guerre est d’une importance vitale pour l’État. C’est le domaine de la vie et de la mort : la conservation ou la perte de l’empire en dépendent; il est impérieux de le bien régler. Si nous voulons que la gloire et les succès accompagnent nos armes, nous ne devons jamais perdre de vue: la doctrine, le temps, l’espace, le commandement, la discipline.

La doctrine fait naître l’unité de penser; elle nous inspire une même maniéré de vivre et de mourir, et nous rend intrépides et inébranlables dans les malheurs et dans la mort.

Si nous connaissons bien le temps, nous n’ignorerons point ces deux grands principes Yin et Yang par lesquels toutes les choses naturelles sont formées et par lesquels les éléments reçoivent leurs différentes modifications; nous saurons le temps de leur union et de leur mutuel concours pour la production du froid, du chaud, de la sérénité ou de l’intempérie de l’air.

L’espace n’est pas moins digne de notre attention que le temps; étudions le bien, et nous aurons la connaissance du haut et du bas, du loin comme du près, du large et de l'étroit, de ce qui demeure et de ce qui ne fait que passer.

J’entends par commandement, l’équité, l’amour pour ceux en particulier qui nous sont soumis et pour tous les hommes en général; la science des ressources, le courage et la valeur, la rigueur, telles sont les qualités qui doivent caractériser celui qui est revêtu de la dignité de général; vertus nécessaires pour l’acquisition desquelles nous ne devons rien négliger: seules elles peuvent nous mettre en état de marcher dignement à la tête des autres.

Aux connaissances dont je viens de parler, il faut ajouter celle de la discipline. Posséder l’art de ranger les troupes; n’ignorer aucune des lois de la subordination et les faire observer à la rigueur; être instruit des devoirs particuliers de chacun de nos subalternes; savoir connaître les différents chemins par où on peut arriver à un même terme; ne pas dédaigner d’entrer dans un détail exact de toutes les choses qui peuvent servir, et se mettre au fait de chacune d’elles en particulier. Tout cela ensemble forme un corps de discipline dont la connaissance pratique ne doit point échapper à la sagacité ni aux attentions d’un général.


Tout est presque dit pour nous faire comprendre l'attitude des gouvernements chinois dans des dossiers qui concernent le militaire, la politique et l'économique. L'idée de la "Suprématie Chinoise" est un but qui a traversé le temps. Cette idée de la "suprématie", parfois sournoisement mais surtout obsessionnellement défendue par les Chinois pourrait étonner plus d'un Européen. Elle coûterait aux européens, en conséquences graves, si jamais le fondateur de l'esprit stratégique chinois, Sun Tzu était considéré comme un penseur de l'universel tels sont les philosophes français ou européens. Cette idée obsessionnelle de "suprématie" à tout prix, est aussi chérie aux Etats-Unis.

Quand on compare la vision européenne chez Clausewitz et la formulation d'une vision du monde chez Sun Tzu, on observe que Clausewitz pense apporter des réponses à des éventualités conflictuelles alors que Sun Tze pose la problématique de domination du monde par des Chinois. Cette différence de visions entre les Européens et les Chinois existe-t-elle encore ? Il suffit d'analyser et de comparer des dialogues à partir des déclarations de Mme. la Chancelière Angela Merkel, concernant la stratégie économique germanique et l'attitude des Chinois, vis-à-vis du commerce international.

Quand il était en question de coloniser des ressources, c'est souvent par la force que les Européens ont occupé les pays étrangers. Aujourd’hui, les opinions publiques ne permettront plus ce genre d'agissements de la part de leurs forces armées. Alors que les sentiments patriotiques diminuent dans les pays européens, le nationalisme chinois, depuis l’arrivée au pouvoir du président à vie, Xi Jinping en 2013, monte en puissance pour devenir particulièrement agressif.
Par exemple, la Chine s'accapare d'une zone maritime revendiquée par des pays voisins en envahissant des micro-îles voire des récifs (Scarborough occupé par Pékin en 2012). Pour faire reconnaître leur souveraineté, la Chine a entrepris depuis 2012, des travaux de titan pour transformer de simples atolls ou de hauts-fonds en îles habitées. Un stratège américain a qualifiées ces constructions de "Grande Muraille de Sable". C'est une expression prononcée par l'Amiral Harry B. Harris Jr., commandant de la flotte pacifique des Etats-Unis, lors d'un séminaire à "Australian Strategic Policy Institute" (Exposé Complet de l'Amiral Harry B. Harris Jr.).


Great Wall of Sand


Il s'agit de créations de terre-pleins sur plusieurs îles de l'archipel des Paracels ainsi que la construction de sept îles artificielles, sur plusieurs récifs de l'archipel des îles Spratleys à partir de 2014. Cette opération sert à défendre les revendications de souveraineté de la Chine sur une mer qui appartient également aux pays voisins. Quand les pays voisins réclament la restitution de leur zone maritime par exemple, après la décision de la "Cour Permanente d’Arbitrage (CPA) de La Haye" en 2016, la réaction de Pékin, par leur agence de presse était claire:

"La décision des juges est nulle et non avenue".

La défense des intérêts nationaux étant devenue une priorité, les autorités chinoises multiplient les actions de propagande, y compris par des films de dessins animés où est transmis le message en anglais contre la décision de la Cour Permanente d'Arbitrage :

"Il est naïf de croire que la Chine va avaler la pilule amère d’une telle humiliation".


Dimanche 7 avril 2019, des navires de guerre chinois ont intercepté un bâtiment de la marine française dans le détroit de Taïwan. Le "Global Times", journal du pouvoir chinois insiste:

"La Chine devrait rapidement envisager d'envahir Taïwan".

Aujourd'hui, par la force financière, les Chinois achètent des ressources des pays africains. Si dans l'avenir, à cause des cadres politiques locaux corrompus, la Chine décidait d'annexer un pays africain, il ne faut s'étonner que leur préférence irait vers pour une solution sans faire appel à une armée d'occupation. Selon la culture chinoise, il serait préférable d'apporter un confort économique à une partie d'un pays occupé que de se ruiner dans des guerres hybrides, en occupant par la force des pays lointains. Pour un dirigeant chinois, l’obtention de l'adhésion des populations locales à la politique de partage des ressources avec la Chine passera toujours devant une solution exigeante une occupation coûteuse en hommes, en prestige et en argent.

Sun Tzu souligne que la victoire militaire n’est pas une fin en soi, mais un simple moyen en vue d’un but politique et qu'il est préférable s'il le faut éviter. La mobilisation des forces armées ne doit être engagée que dans un environnement politique global. A chaque article, Sun Tzu recommande l'évitement des forces armées dans des guerres prolongées, car elles sont ruineuses et extrêmement dangereuse pour le vainqueur lui-même.

Il dit:

"Lorsque vos armes auront perdu leur tranchant, que votre ardeur sera éteinte, que vos forces seront épuisées et que votre trésorerie sera réduite à rien, les souverains voisins profiteront de votre détresse pour agir.



Tab 01. Les différences culturelles de la pensée stratégique.
Différences culturelles Occident Chine
Référence en stratégie de guerre Clausewitz, "De la guerre" Sun Tzu, "L’art de la guerre"
Analogie par un jeu Le jeu d’échecs : prendre le centre et déchoir l’adversaire Le jeu de GO : construire la situation en partant du bord et soumettre l’adversaire
Illustration par un élément Le FEU : attaque flamboyante, directe L’EAU : attaque souterraine, sournoise, indirecte
Itinéraire Le visible : détruire le corps L’invisible : contrôler l’esprit
Volonté Volonté de dominer l’adversaire Volonté d’exploiter l’adversaire
Vertu La FORCE La PATIENCE

Aujourd'hui, la Chine envoie des stagiaires à travers le monde. Nous les accueillons dans nos universités et les acceptons dans nos industries stratégiques où ils ont accès à des réseaux informatiques donnant accès aux bases de données vitales.

Sun Tzu dit:

Commencez par vous mettre au fait de tout ce qui concerne les adversaires; sachez exactement tous les rapports qu’ils peuvent avoir, leurs liaisons et leurs intérêts réciproques; n’épargnez pas les grandes sommes d’argent; n’ayez pas plus de regret a celui que vous ferez passer chez l’étranger, soit pour vous faire des créatures, soit pour vous procurer des connaissances exactes, qu’à celui que vous emploierez pour la paie de ceux qui sont enrôlés sous vos étendards: plus vous dépenserez, plus vous gagnerez; c’est un argent que vous placez pour en retirer un gros intérêt.

Ayez des espions partout, soyez instruit de tout, ne négligez rien de ce que vous pourrez apprendre; mais, quand vous aurez appris quelque chose, ne la confiez pas indiscrètement à tous ceux qui vous approchent
...




#stratégie #strategy #analyse #coaching #cadres #économique #economical #politique #political #militaire #défense #defence #management #leadership #projet





A suivre...





Copyright ©Alexandre Serain Shvaloff 2020 - Tél: +336-7257-3683 - Courriel: admin (arobase) coaching-cadres.fr